Comment se situe l’Eglise sur la question de l’homosexualité ?

Contrairement à une idée reçue très ancrée, l’Eglise ne rejette personne, elle accueille chacun tel qu’il est. Mais l’Eglise ne se contente pas d’accueillir, elle invite à aller plus loin avec elle. Elle demande que l’accueil soit mutuel. Nous sommes tous des frères et sœurs en Jésus-Christ. Je n’utiliserai pas le mot tolérance, je ne l’aime pas, il est imprécis et ambigu. La tolérance c’est souffrir en acceptant, en serrant des dents, est-ce chrétien ? Je ne le crois pas. Je préfère opposer l’amour à la tolérance. J’espère ne choquer personne en disant cela mais c’est important d’appeler un chat, un chat, (sourire).  

L’Eglise est accueil dans l’amour, mais aussi dans la vérité, ce qui implique qu’elle n’est pas simplement un gîte, un refuge. Elle enseigne, et c’est cela qui choque aujourd’hui. Certains dans l’Eglise catholique ont un grand désir d’inclusion. Ce mot devient de plus en plus à la mode et il est dangereux. Pourquoi ? Parce qu’il est l’opposition à la conversion. L’accueil de l’Eglise Catholique a une spécificité, c’est un accueil bienveillant qui invite à aller plus haut, à nous laisser transformer par la grâce.  

À propos de la continence pour les personnes homosexuelles, je vais être précis car beaucoup aujourd’hui soutiennent que l’homosexualité n’est pas abordée dans la Parole de Dieu; ou que le terme homosexuel étant récent, il conviendrait d’adapter à la situation d’aujourd’hui. Même si le terme homosexuel n’existait pas à l’époque, ce que dit la Parole de Dieu est très explicite, il suffit aussi de lire le passage en hébreu pour l’Ancien Testament et en Grec pour le Nouveau Testament pour comprendre qu’il est bien fait mention de l’homosexualité. 

Je vais faire avec vous un voyage dans le temps. Genèse : « Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance … »  (Gn 1, 26)

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » (Gn, 1, 28) 

La Genèse pose que l’homme et la femme sont faits pour s’unir et multiplier. C’est bien le plan axial que pose la Genèse en la matière. Cela n’a rien d’”homophobe”.  

Maintenant nous continuons notre voyage dans le temps et nous nous retrouvons auprès de Moïse, dans l’exode sur la montagne, lorsqu’il reçoit les tables de la Loi,  les 10 commandements.  

Les 6ème et 9ème commandements sont très clairs sur ce sujet. Un homme et une femme ne doivent pas avoir de relations sexuelles hors du mariage. Je ne l’invente pas, c’est écrit noir sur blanc. 

En conclusion, sans le sacrement du mariage devant Dieu, le rapport sexuel est défendu par la Bible.  

Pour ceux qui auraient des élans marcioniste, je citerai le passage de Jésus  

« Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. » (Mt 5, 17) et « Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. » (Mt 5, 18)  Jésus n’abolit donc pas ce que nous venons de voir.  

En fait, les commandements ne sont pas là pour embêter les gens, bien au contraire. Ils sont un élan d’amour de Dieu pour nous. Avec l’aide de Sa grâce, Dieu nous aidera à les vivre pour notre Salut. 

Pour prendre une image, ils sont comme le code de la route, ils balisent le chemin pour éviter tout accident. Le code de la route peut être pénible à bien des égards. Et pourtant, sans le code, les accidents mortels seraient extrêmement nombreux et ce serait l’anarchie. Bien sûr, nous pouvons tous reconnaître que nous avons parfois dépassé une ligne qu’il ne fallait pas dépasser, avoir des petits ou grands excès de vitesses, etc de nombreux cas de figure sont possibles.  

Le code de la route n’est pas supprimé pour autant, et nos écarts éventuels ne sont pas forcément de l’hypocrisie, simplement il n’y a pas accident car nous sommes conscients d’avoir fait un écart.  Il en va de même avec les commandements et la Parole de Dieu en générale.

Publié par gaetanpoisson

Ancien séminariste, conférencier. Théologie catholique / Question de l'homosexualité au-delà de la rhétorique LGBTQI+

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :