Est-ce qu’une personne homosexuelle peut cheminer vers la sainteté ? 

Oh que oui ! Elle le peut. Jésus invite chacun à cheminer sur le chemin de la foi et de la sainteté. Avant de parler de sainteté et de cheminement, il faut parler de rencontre. Avant de cheminer, il faut rencontrer Jésus. Il faut ouvrir la porte de notre cœur. C’est Lui-même qui nous dit  » Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. » (Ap. 3, 20) et « Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui … » (Jn 14, 23). Ce n’est pas la peine de parler de la Sainte Trinité ou du Carême et de la continence quand la personne n’a pas ouvert son cœur à l’amour divin. Tant que la personne n’a pas rencontré réellement Jésus et son amour, il est également difficile de parler de sainteté. Ceci étant dit, il est donc bien évident que la personne homosexuelle est appelée à la sainteté et je crois qu’elle a même une spécificité particulière, elle a un grand rôle à jouer dans ce monde.  

Je dirais même qu’elle a une prédisposition potentielle pour la sainteté. Car la sainteté implique une qualité de joie mêlée à une qualité d’endurance dans la souffrance intérieure. Non qu’il faille chercher celle-ci, mais accepter de l’affronter. La personne homosexuelle a un rapport aux réalités tragiques souvent plus aiguisé de par sa position. La sainteté, c’est une marque spéciale qui implique de traverser beaucoup de choses dans une certaine solitude. Le saint est souvent au bord de l’abîme ; la personne homosexuelle porte en elle la qualité du saint mais, très souvent ne la développe pas.  

L’attirance sexuelle ne doit jamais être refoulée mais elle peut être transformée, transcendée : la personne homosexuelle ne doit pas être clouée comme une bête de foire dans ce qui serait son environnement naturel : le sexe et la débauche. Elle doit renverser la cage, convertir, inverser tout cela.  

C’est peut-être, d’une certaine manière d’avoir une âme sacerdotale : libre par le célibat, je peux être présent pour tous. Au-delà de moi-même.  

N’est-ce pas offensant de faire croire qu’une personne homosexuelle est un chrétien de seconde zone ou qu’elle est incapable d’entendre certaines exigences pour avancer ? L’exigence n’est pas évidente et elle ne s’acquière pas du jour au lendemain. Lorsque nous éprouvons un attrait, une inclination, comme l’attrait envers une personne de même sexe, c’est toute sa personne qui est touchée. Le désir et les pulsions peuvent-être très violentes, et y succomber entraine une suite. Il est vrai que c’est humain et qu’il est très difficile de s’abstenir de sexualité du jour au lendemain ; cependant, tout est possible par la grâce de Dieu, il faut du temps pour s’aimer tel que nous sommes, s’accepter, lutter contre les addictions. C’est une digestion. Les expériences et parfois les chutes sont utiles. La personne homosexuelle n’est-elle pas un enfant prédestiné à devenir un fils ou une fille prodigue et d ‘une façon particulière ? C’est une question. Ils ont la possibilité d’être des apôtres privilégiés de la Divine Miséricorde.  C’est peut-être le charisme formidable qu’ont les personnes homosexuelles. N’est-ce pas en ce sens que c’est prophétique ?  

Certains disent : je n’y arriverai jamais, je le comprends fort bien et je disais la même chose. Il faut du temps, de la patience et surtout être patient avec soi-même. Il faut s’appuyer sur les vertus théologales, la Foi, l’Espérance et la Charité. Beaucoup aimer, se donner aux autres malgré les combats et les chutes et aussi s’appuyer sur les vertus cardinales que sont : la Prudence, la Tempérance, la Force d’âme, la Justice. La grâce est là mais sans notre collaboration, nos entreprises sont souvent vouées à l’échec. 

Je terminerai par une phrase de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus qui dit : « Dieu sera plus attentif à l’intention qu’à la réalisation ».  Lorsqu’on a l’intention de tout faire pour l’Amour de Dieu en suivant Sa parole, en aimant son prochain et en essayant fermement chaque jour pour Dieu c’est peut-être comme si on avait réussi ?            

Publié par gaetanpoisson

Ancien séminariste, conférencier. Théologie catholique / Question de l'homosexualité au-delà de la rhétorique LGBTQI+

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :